Κυριακή, 27 Ιουλίου 2008

Youssef Chahine, a-dieu....




Youssef Chahine, mort dimanche 27 juillet à 82 ans, n'a cessé de poser un regard critique sur la société égyptienne.

Il était le plus célèbre des cinéastes égyptiens. Youssef Chahine est mort dimanche 27 juillet au Caire, a confirmé le réalisateur Khaled Youssef, un de ses proches, quelques minutes après que la télévision égyptienne avait annoncé le décès. Le cinéaste est mort à 82 ans des suites d'une hémorragie cérébrable qui l'avait plongé dans le coma en juin. Il avait été hospitalisé pendant près d'un mois à l'hôpital américain de Neuilly, à l'ouest de Paris, avant de retourner dans la capitale égyptienne la semaine dernière.


Né le 25 janvier 1926 à Alexandrie, Youssef Chahine a laissé une oeuvre à la fois intimiste et politiquement engagée. Il était notamment opposé au régime de l'actuel président égyptien, Hosni Moubarak, ainsi qu'aux islamistes. "Le destin", film réalisé en 1997 et inspiré de la vie du philosophe arabe Averroès, avait notamment déclenché la colère et la censure des intégristes égyptiens.

Youssef Chahine, qui, à 21 ans, a étudié le cinéma à Pasadena, en Californie, voulait être acteur. "Mais il s'est aperçu qu'il bégayait un peu et n'était pas si beau, alors il s'est dit : je vais jouer à travers d'autres", a raconté Omar Charif, acteur découvert par le réalisateur égyptien.
LE DERNIER GÉANT DU CINÉMA ÉGYPTIEN

Dans plus d'une quarantaine de films, Youssef Chahine n'a cessé de prendre son pays comme toile de fond. Toute la société égyptienne est passée sous son regard aiguisé : la pauvreté, le monde ouvrier, les luttes d'indépendance. Engagé, le cinéaste a également réalisé une trilogie autobiographique remarquée, véritable roman filmé de sa jeunesse : "Alexandrie, pourquoi?" (1978), "La mémoire" (1982), "Alexandrie encore et toujours" (1989).

Figure de proue du cinéma égyptien, Youssef Chahine était davantage reconnu à l'étranger que dans son propre pays. Il avait notamment reçu le prix du cinquantième festival de Cannes en 1997 pour saluer l'ensemble de son oeuvre. Son dernier film, "Le Chaos" (2007), critique du régime autocratique égyptien, n'avait pas rencontré un grand succès. Avec la mort de Youssef Chahine, l'Egypte a perdu le dernier géant de son cinéma autrefois fleurissant.

Δεν υπάρχουν σχόλια: