Σάββατο, 23 Μαΐου 2009

tantot



tantot je suis tellement epris de l'Autre que j ecris pour lui seul, tantot je n'ecris que pour moi. je m'enferme et j'avale ma solitude toute entiere. le va et vient entre mes syndromes de l'huitre et de la source de vie.

Τετάρτη, 20 Μαΐου 2009

Appel européen



Chers amis et camarades des universités d’Europe,
http://www.blogger.com/img/blank.gif
Depuis plus de trois mois l’Université française est en lutte.

Pendant plus de mille heures, des milliers de personnes ont tourné place de l'Hôtel de Ville, jadis place de grève, à Paris, pour manifester obstinément leur refus des décrets que veut imposer le gouvernement français aux universités et à la recherche, et plus généralement la loi LRU (Loi relative aux Libertés et Responsabilités des Universités) née du processus de Bologne qui, prenant prétexte de l’harmonisation européenne, vise à faire du savoir une marchandise.

Pour inscrire notre obstination au cœur des élections européennes, nous tournerons jour et nuit du 1er au 7 juin à Paris et vous invitons à nous y rejoindre pour manifester la véritable harmonisation de l’Europe de la connaissance et de la culture que nous souhaitons. Nous vous accueillerons plus particulièrement le vendredi 5 juin pour en débattre ; prévenez-nous de votre venue : rondeinfinie@gmail.com

Site : http://rondeinfinie.canalblog.com/

Δευτέρα, 18 Μαΐου 2009

dusminguet recreo


"...je vais parler de l'intuition d'origine magique, archaique selon laquelle il y a des choses et meme des phenomenes qui sont ce qu'ils sont et comme ils sont parce qu'en un certain sens ils sont aissi et peuvent etre un autre phenomene ou une autre chose et que l action reciproque d'un ensemble d'elements qui se presente de facon heterogene a l intelligence non seulemnt peut declancher des interactions analogues dans d'autres ensembles, apparement dissocies du premier(...), mais qu'il existe une identitee profonde entre l'un et l'autre ensemble, pour aussi scandaleux que cela paraisse a l'intellect..."

le tour du jour en quatre-vingt mondes, julio cortazar

καλή εβδομάδα!

Παρασκευή, 15 Μαΐου 2009

ένα ποίημα


Ανοιξη και κανείς δεν μπορεί να κάτσει ήσυχα
μ'όλα τα μηνύματα που φτάνουν.

Βγαίνουμε έξω σαν να προυπαντήσουμε επισκέπτες
άγρια τριαντάφυλλα τις μέντες δίπλα στο νερό.

Ενας κόμπος σφιχτός χαλαρώνει.
Κάτι που πέθανε το Δεκέμβρη
σηκώνει το κεφαλάκι του κι ανοίγει.

Δέντρα η συγκέντρωση της φυλής!
Ποιός τα βγάζει πέρα
με τέτοια συνάθροιση;

Μπροστά σε τέτοια δύναμη
ο άνθρωπος είναι κρεμμύδι για το μαγείρεμα
σκνίπα που διώχνεις με το χέρι.

Από την ποίηση του Ρουμί, απόδοση Βίκος Ναχμίας, εκδόσεις Ντέφι

Τετάρτη, 13 Μαΐου 2009

imago dixit στο Athens video festival



Imago Dixit is an interactive installation incorporating sound design, real-time gesture capture and painting.
The footage was shot at the opening day of the exhibition at Alef Gallery, Athens, Greece, 10 March 2009.

Σάββατο, 9 Μαΐου 2009

το δικό μου hijab-mon hijab a moi


hijab είναι το ουσιαστικό της τριφθόγγου ρίζας hajaba που σημαίνει καλύπτω με πέπλο, τυλίγω, κρύβω από τα βλέμματα. Κατά συνέπεια εννοιολογικά το hijab ορίζεται ως η κάλυψη με πέπλο, η μαντίλα, αλλά και το άβατο στη θέαση, το φυλαχτό.

Δευτέρα, 4 Μαΐου 2009

ο ατέρμονος γύρος των ανένδοτων συμπλήρωσε 1000 ώρες!



Depuis mille heures, nous tournons place de Grève, jour et nuit, comme nous l’avions annoncé lorsque nous sommes venus y déposer notre ultimatum, le 16 mars.

Depuis mille heures, des enseignants chercheurs, des chercheurs, des personnels biatoss, des étudiants, les IUFM, des artistes, des citoyens ayant à coeur de défendre l’indépendance de la pensée, marchent jour et nuit pour manifester leur refus de la LRU.

Depuis mille heures, ce sont plusieurs milliers de personnes qui se sont succédé en place de grève, issues de toutes les universités d’Ile de France, et parfois même de province, de toutes les disciplines. Des universitaires que la loi LRU voudrait placer en concurrence les uns avec les autres témoignent, ici, de leur entière solidarité, de cette idée d’une communauté que les tenants du marché ne sauraient ni admettre ni peut-être même comprendre. Depuis mille heures, nous avons défendu une idée de l’université ouverte sur l’avenir, populaire, démocratique, tout entière vouée à sa mission qui est de former des générations d’étudiants et de contribuer à la création de savoirs nouveaux.

Aujourd’hui, alors que la mille-et-unième heure vient de passer, force est de constater que le gouvernement n’a rien voulu entendre de nos revendications. Il s’est entêté à tenir une posture idéologique qui admet pour seul prédicat la rentabilité immédiate, qui stigmatise le risque de la pensée comme un luxe inutile et toutes libertés de recherche comme autant de privilèges. Aux négociations, ce gouvernement a préféré s’en tenir à la menace et au mensonge.

Mais à trop vouloir affirmer que tous les problèmes sont résolus et que le mouvement des universités s’essouffle, cette politique de communication a perdu toute crédibilité. Et c’est ici la première victoire de notre ronde infinie des obstinés et du mouvement universitaire. Depuis plus de mille heures, y ont tourné des universitaires dont certains assumaient une grève totale de leur service enseignant, tandis que d’autres substituaient aux cours habituels des séminaires de grève, et que d’autres encore, en raison de la préparation de concours, apportaient à leurs étudiants la totalité des enseignements dont ils pouvaient avoir besoin. Cette hétérogénéité n’a jamais occasionné la moindre dissension parmi nous, et la ronde a permis à chacun de marquer sa détermination, de s’inscrire dans un mouvement de résistance face à une politique que tous condamnent avec la même fermeté.

La ronde infinie des obstinés, en convergence avec tous ceux qui luttent contre ces décrets, témoigne de notre engagement à obtenir leur abrogation, et dès maintenant à en refuser l’application. Les maquettes de mastérisation continueront de tourner dans l’infini de notre refus et les modulations de service se dissoudront dans notre commune obstination. Au silence des gouvernants, la ronde infinie des obstinés oppose le flux permanent de nos paroles. Et sous chacune de ces paroles, c’est un nouvel acte contre cette politique qui est inventé.

À travers ces mille heures de marche ininterrompue, c’est bien une résistance qui s’est engagée. Et cette résistance s’exercera jusqu’à ce que le gouvernement apporte des réponses à la mesure de la crise profonde qu’il a provoquée par la LRU, et jusqu’à ce qu’il ouvre de véritables négociations.

Non seulement la ronde infinie des obstinés n’est pas prête de se dissoudre, mais elle compte bien intensifier son action, se trouver de nouveaux terrains d’application et de nouvelles déclinaisons temporelles de l’infini.

A l’issue de ces mille heures, c’est donc un second ultimatum que nous posons aujourd’hui. Aucun des quatre points qui ont suscité notre présence place de grève n’a reçu de réponse satisfaisante. La ronde infinie des obstinés tout au long du mois de mai déclenchera donc autant de rondes intempestives que cela sera nécessaire, à Paris comme en Province. Que nos ministres de tutelle le sachent, notre marche lancinante et déterminée n’est pas prête de rompre. Elle entre dans une dynamique centrifuge, elle réapparaîtra plus massive et intempestive et s’associera plus encore aux autres secteurs en lutte.

Ainsi, si le 1er juin, aucune avancée significative de nos revendications n’est constatée, la ronde infinie des obstinés s’invitera dans le débat des élections européennes. De toutes les universités, nous convergerons vers un nouveau point de ronde et nous reprendrons notre marche, jour et nuit, pour rappeler à l’opinion le peu de cas que ce gouvernement fait de l’université et de notre avenir à tous.

Nous serons présents à cet appel car, tous, nous sommes intensément obstinés et l’infini est de notre côté.

Text et photos: Blog de la Ronde Infinie des Obstinés

Κυριακή, 3 Μαΐου 2009

tadao ando



Τα σχέδιά μου φυτρώνουν στο μυαλό μου. Είναι δέντρα και όχι αστραπές. Πάντα έχω μια γενική ιδέα που σιγά σιγά βγάζει κλαδιά και γίνεται κτήριο.

Πιστεύω ότι η δημιουργία είναι θέμα επιμονής και θέμα λογικής τεκμηρίωσης.της κάθε ιδέας. Δηλαδή η δημιουργία περιλαμβάνει τη σύλληψη μιας ιδέας, αλλά και τη λογική επεξεργασία της αρχικής σύλληψης.

Η αρχιτεκτονική του χώρου είναι σαν την αρχιτεκτονική των ανθρώπινων σχέσεων. Αν πάρει κάποιος τις ανθρώπινες σχέσεις, θα δει ότι εκείνες που αντέχουν στον χρόνο χαρακτηρίζονται από σωστές αποστάσεις μεταξύ των ψυχών που προσπαθούν να ζήσουν επικοινωνώντας.

Κανένα πανεπιστήμιο δεν έβγαλε ποτέ ανθρώπους με φαντασία , με σκέψη. Το πανεπιστήμιο είναι ενάντια στη σκέψη, η μάθηση είναι μια λειτουργία που δεν απαιτεί ιδιαίτερο στοχασμό. Για να παράγεις, όμως, η σκέψη είναι αναγκαία.

Από την συνέντευξη που έδωσε ο Ταντάο Άντο στον Θανάση Λάλα για το περιοδικό FAQ

Tadao Andō né a Ōsaka le 13 septembre 1941, est un architecte japonais.
Il décide d'apprendre l'architecture, mais en autodidacte, ce qui est rarissime au Japon. Il achète des livres chez les bouquinistes et est fasciné par un ouvrage consacré à Le Corbusier.
De 1963 à 1969, il voyage. Sans beaucoup d'argent, il prend les moyens de transport sans ticket, il marche beaucoup à pied nus. En 1965, Tadao Andō décide de rendre visite à Le Corbusier. Il prend le bateau à Yokohama, puis gagne Pékin ou il prend le transsibérien. Il arrive à Paris, quelques jours après la mort de Le Corbusier. Il visite ses bâtiments, le Pavillon suisse de la Cité internationale universitaire de Paris, la Villa Savoye à Poissy qui tombe alors en ruines. À Marseille, il visite la cité radieuse de Marseille.
En 1985 il reçoit la médaille Alvar Aalto. En juin 1995, Tadao Andō est le troisième Japonais à recevoir le prix Pritzker d'Architecture, sorte de prix Nobel d'Architecture, deux ans après Fumihiko Maki récompensé en 1993. Kenzō Tange l'avait reçu en 1987. Il est lauréat du Prix de Kyōto en 2002.
Profondément marqué par le tremblement de terre de Kōbe, survenu en janvier de la même année, et qui avait touché en particulier le quartier de ses premières réalisations, il offre tout son prix aux orphelins de la ville. Il collecte des fonds pour améliorer la qualité de la reconstruction, car les habitations bon marché de la ville, construites au mépris des règles de l'art, ont été particulièrement meurtrières.